Les controverses - Réagissez !

La région Provence Alpes Côte d’azur, théâtre des enjeux mondiaux : Quels leviers pour une région actrice de la mondialisation qui sache en maîtriser les effets les plus néfastes ?

ifpn4
Notre belle Provence est en train de disparaitre , corps et biens ....
filfrom13
La culture provençale est très minorée par rapport aux autres cultures (mondialisation oblige). Néanmoins, elle perdure grâce à certaines manifestations et certaines pratiques (culture, élevage, architecture). Une identité n'est pas une tare : elle peut être au contraire une force. La "provencialisation" systématique de l'architecture pourrait aider. Par exemple : faire la chasse à toutes ces boîtes à chaussures métalliques géantes qui pullulent dans les zones d'activités commerciales (Plan de Campagne, à Saint-Maximin, etc).
jacques gus
Les échanges sont à privilégier, échanges économiques et commerciaux mais aussi culturels , sportifs et sans oublier la dimension sociale:pourquoi pas des rencontres des syndicats du sud de l'Europe?et avec l'autre rive de la Méditerrannée?
Indignédu13
On bétonne la région à tous va depuis 30 ans, les forêts sont mitées de villas et sont devenues de vraies poubelles, le littoral est défiguré et les fonds du bord de mer sont moribonds, l'urbanisation s'étend de partout et on ne croise que des zones d'activités toutes plus laides les unes que les autres. Et maintenant vous venez nous parler de développement durable ? La bonne blague ! Et le nouveau truc à la mode, le tgv Nice, le miracle qui va désenclaver les Alpes Maritimes ! Déjà je ne vois pas trop en quoi le 06 est enclavé, surtout avec le nombre de personnes qui s'y installent chaque année ? J'y vois surtout une grosse bouse (pour rester courtois) qui va encore un peu plus défigurer nos paysages, tout ça pour faire le bonheur des promoteurs immobiliers et de quelques bobos parisiens qui pourront plus facilement venir passer leur week-end à Nice...et au passage faire grimper les prix de l'immobilier comme ce fut la cas dans le 13 avec le tgv Paris-Marseille. Quant à la soit disant concertation autour du projet où tout, sauf le tracer, est déjà décidé à l'avance, ça me fait bien rire (jaune). La Provence où je suis né est devenue surbétonnée, surpeuplée, surpolluée et a perdu son identité au passage. Et qu'on ne vienne pas me dire que ce truc commercial sur une soit disant "Provence authentique" que l'on fourgue aux touristes c'est ça l'identité provençale. Bref, la région en 2030 je préfère éviter de l'imaginer !
vous revez!
comment pouvez vous imaginer etre acteur de la mondialisation et en reduire les effets les plus nefastes?? vous révez c'est mission impossible la mondialisation n' pas besoin de nous pour ce faire est elle ne veut surtout pas reduire ses effets ce sont eux (surtout les plus nefastes) qui la nourissent mais par qui somme nous gouvernés?
jacques
Il faudrait multiplier les échanges avec les pays voisins, mieux se connaitre, mieux développer les occasions de rencontres et privilégier la production de proximité mais cela ne doit pas se faire au détriment de ce que font les habitants de notre région.Pourquoi les Pays du Maghreb ne sont pas privilégiés ? ils sont nos partenaires naturels.De même nos voisins européens (Italie et Espagne).

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

la Méditerranée, le renouveau économique après le printemps politique ? : Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle prospérité pour l’euro méditerranée ?

did
il parait évident qu'avec ce qui se passe de l'autre côté de la méditerranée , la région va avoir de nouveaux interlocuteurs avec qui elle va pouvoir envisager de partager de nouveaux projets en ayant en commun des valeurs démocratiques plus en phase ; donc des possibilités de développement plus ouvertes

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Local / interrégional/ Europe : Entre enjeux mondiaux et réponses européennes, quelle place pour une stratégie régionale et euro régionale ?

prouvenço
l'europe impose aux etats la defenses des langues et de la culture locale pourtant la france traine les pieds (anen o per la lengo accitano!) la region devrait porter une voie d'opposition a l'etat mais elle est son instrument jacobin alors que la region ne me parle pas d 'europe qu'elle fasse son boulot et que meure l'etat centralisateur francais alors elle pourra justifier son existance ce n 'est pas aux departements ni aux communes de disparaitre vive le pouvoir local sur lequel seul les electeurs peuvent avoir un poids

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Une région méditerranéenne ouverte, confrontée à la mondialisation

Mondialisation à MARSEILLE

Coprésidents

Cécile HELLE, Vice-présidente de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Hervé GUERRERA, Conseiller Régional délégué au SRADDT
Patrick ALLEMAND, Vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Bernard MOREL, Conseiller Régional délégué à l'enseignement supérieur, à la recherche et à l'innovation
Marcelle GAY, Représentant du CESER

Problématique

Globalement, notre région reflète les grandes tendances constatées au niveau mondial notamment au travers d’importants phénomènes de métropolisation (plus de 90% de la population régionale vit dans des unités urbaines), des disparités de richesse très visibles et une imbrication spatiale forte des espaces de pauvreté et de richesse pouvant générer des tensions sociales.

La vulnérabilité forte aux impacts du changement climatique, la richesse culturelle régionale liée en grande partie à la diversité de sa population et une activité économique ouverte à l’international avec un tissu de PME-PMI très innovant et une attractivité touristique mondiale soulignent également cette dualité de la mondialisation, générant menaces et inquiétudes mais également source d’opportunités multiples d’échanges, de coopération et de solidarité entre les territoires. Ainsi, une part très significative de l’économie régionale est liée aux échanges avec les pays du pourtour méditerranéen.

Compte tenu de sa position, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur partage avec les autres régions maritimes, le Massif Alpin et la Vallée du Rhône des enjeux partagés à l’échelle interrégionale pour lesquels il est nécessaire de définir une vision prospective partagée. C’est notamment le cas de l’espace eurorégional Alpes-Méditerranée.

Par ailleurs, son action s’inscrit également dans le cadre des coopérations européenne, méditerranéenne et internationale qui sont à différentes échelles complémentaires de son action. L’Europe a défini ses objectifs à 2020 dans un cadre qui sera celui de la future génération des fonds structurels 2014-2020. La Commission européenne propose notamment, que les Etats membres et les Régions concentrent les ressources issues des fonds structurels et des budgets nationaux sur un petit nombre de priorités thématiques liées aux objectifs d'Europe 2020. Ceci risque de peser sur les moyens dont la Région dispose pour poursuivre ses politiques volontaristes en faveur d’une solidarité entre les citoyens et entre les territoires régionaux.

Face aux éventuelles restrictions budgétaires, la Région peut développer, accompagner, soutenir des initiatives et des partenariats fondés sur des échanges d’expérience, de savoir-faire, de démarches citoyennes au service du co-développement et de la cohésion territoriale, ne faisant pas nécessairement appel à des fonds suprarégionaux. L’idée étant de démonter que les expériences de coopération menées à des échelles territoriales très différentes (du local à l’international, en passant par l’interrégional) peuvent se nourrir et s’enrichir réciproquement en faveur de la cohésion sociale et de la démocratie.

En ce sens, les événements récents autour du bassin méditerranéen permettent d’envisager de nouvelles formes de coopération avec les régions voisines faisant jouer à notre espace un véritable rôle d’interface entre une Europe vieillissante et des économies potentiellement émergentes.