Une démarche co-élaborée

Pour construire le chemin le plus pertinent et le plus efficace, l’Institution régionale a besoin de la participation de tous ceux qui font, et qui feront la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. En cela, la Région a fait le choix de la co-élaboration, mettant en oeuvre un processus de travail ouvert, permettant de mixer les publics et les territoires et de les mettre en situation de co-production et de participation active.

Pour cela cinq choix méthodologiques ont été effectués :
− Associer le plus grand nombre d’acteurs
− Privilégier la diversité des situations de rencontres et de co-production, y compris par internet
− Alimenter en continu la réflexion avec des documents de travail
− Associer les citoyens à l’élaboration du SRADDT
− S’appuyer sur des groupes d’experts dédiés

En effet, le Conseil régional souhaite que l’élaboration du schéma régional fasse l’objet, avec l’appui des services de la Région, d’un vaste débat associant les partenaires institutionnels, les acteurs locaux et ouvert à la population dans son ensemble. Dans la continuité de la concertation amorcée en 2009 avec l’organisation de rencontres sur l’avenir de la région, l’élaboration du schéma va s’appuyer sur l’organisation de rendez-vous thématiques, d’ateliers territoriaux prospectifs, de forums de restitutions et de consultations du public.

Depuis les premiers travaux d’élaboration du SRADDT, les territoires ont bien évolué, redessinés par de multiples schémas d’aménagement, stratégies de planification et projets de développement (SCOT, contrats de développement, contrats de pays, charte de PNR…).

Alors que les territoires se réinventent quotidiennement, le SRADDT, pour jouer son rôle d’ensemblier, doit impérativement avoir un cadre de référence évolutif. Pour sa révision, la Région a souhaité ainsi prendre en compte les enjeux fondamentaux déjà mis en avant sur le territoire mais également intégrer les mutations législatives, institutionnelles, économiques, sociales et environnementales qui, peu à peu, se dessinent et modifient les équilibres de notre territoire. La prise en compte de ces dimensions permet de définir une vision collective et partagée, de proposer un cadre de référence pour les futures politiques de développement et d’aménagement du territoire et de promouvoir une stratégie de moyen et long termes pour notre région.

Une démarche transversale

La délibération du 29 Avril 2011 affirme la mise en oeuvre d’un processus renouvelé de révision du SRADDT : « Notre Région à 2030 – Le territoire comme cadre stratégique des démarches prospectives ». Elle fixe également les modalités d’élaboration de cette révision qui prend appui sur trois lignes directrices à vocation intégratrice, communes à l’ensemble des démarches engagées :
− L’intégration des exigences posées par le changement climatique ;
− La prise en compte des inégalités économiques, sociales et territoriales ;
− La place du développement local notamment au regard des recompositions territoriales en cours.

Cette révision doit également se faire en articulation et en coordination avec les démarches à visées prospectives :
− SRIT (Schéma des infrastructures de transports)
− SCORAN (Stratégie d’aménagement numérique)
− SOURSE (Schéma pour une utilisation raisonnée et solidaire de l’eau)
− SRB (Stratégie de la biodiversité)
− SRML (Stratégie mer et littoral)
− SRCE (Schéma de cohérence écologique)
− SRCAE (schéma climat Air Energie)

Elle doit, par ailleurs, être conduite sur trois échelles territoriales : − Les « territoires de projets » (Pays, Agglomérations et PNR) ;
− Les « territoires à enjeux » ;
− Les « grands territoires ».