Votre avis

Participez aux discussions en postant votre message ou vos remarques pour les sujets ci-dessous. Vous pourrrez ainsi partager vos idées et impressions avec l'ensemble internautes.

Quels enjeux régionaux face aux changements climatiques ?

Anticiper les changements climatiques : Enjeux régionaux et changements climatiques : se positionner malgré l’incertitude ?

ifpn4
La génération béton goudron me fait peur .............. elle gagne de plus en plus de terrain !!!
Pr Colza
Je reste persuadé que la Science viendra au secours de notre planète... Beaucoup de collectivités investissent dans l'innovation... ce qui est plutôt rassurant. Puis, nos politiques ont pris conscience de l'exigence environnementale. Soyons positifs en cette période de "Blues du business man" !!!
Delphine
Oui. Mais méfiance tout de même. Restons vigilants.
did
la défense et la préservation de l'environnement est indispensable pour permettre à toutes les générations de vivre en harmonie et donc développer les énergies renouvelables adaptées à notre région.
Nico84
Respectons les lieux de vie de tous et de tout. La planete nous envoie des signes, sachons les prendre en compte. Nos politiques doivent passer aux phases actives après celles des polémiques.
mitch
si déjà on rénovait le parc immobilier existant, si l'investissement était fait sur l'isolation et les apports solaires plutôt que sur le chauffage, déjà ce serait bien. Il faut cilbler et traiter en profondeur plutôt que de saupoudrer sur tous les domaines. on pourrait dégager de la trésorerie en faisant des économies d'énergie de chauffage des batiments et investir sur le reste
jp06
Comment peut-on se projeter en 2030 alors que là où je vis ce n'est que béton, goudron, violence, bruits tout cela sous la haute surveillance d'un très grand et moderne commissariat placé au dela de la cité. des promesses, des promesses, serons-nous toujours aussi crédules pour les croire!
brins24
J'avoue que le parc immobilier neuf des HLM et Du 1% patronale devrait avoir des normes phonique et thermique de meilleur qualité. Investir dans les énergies nouvelles dans ces mêmes HLM, les panneaux solaires, les lampadaires solaires, et une meilleur gestion des eaux usées serait un plus économique, (y a que dans la région que la pluie aide a la prolifération des moustiques!)
aelalu
bonjour, je pense qu'il faut preserver la nature, en la preservant, nous preserverons l'humanité. nous avons besoin de reflechir à notre futur avec precaution pour nos enfants et petits enfants. evitons de trop urbaniser. pensons à des espaces verdure, des parcs de protection pour les animaux, la vegetation, les plantes. Evitons leurs disparitions à tout jamais. prenons soins de nous, evitons de faire n'importe quoi avec les energies futures . merci pour tout cela
elobo
Le concept de PNR est séduisant : un espace vert à vivre, protecteur de la faune, de la flore et des spéculations immobilières. Mais, il devrait être aussi moteur de son art de vivre et d'une adhésion intercommunale entre élus et leurs populations. La Culture est un lien et un liant. La Région Paca est d'ailleurs exemplaire dans ce secteur. Malheureusement, face à l'état, elle a baissé les bras et abandonne son action dynamique sur les territoires ruraux des PNR qui sont livrés aux technocrates œuvrant à entretenir une image superficielle des territoires à coup de plaquettes glacées qui ne sont lus que par eux-même. Donc, soit la Région veut recréer une Commission Européenne en miniature avec ses contraintes administratives, ses lourdeurs, soit elle veut vitaliser "humainement" son territoire. Je ne peux juger que du PNR des Alpilles ou je réside et ne puis que témoigner de son invisibilité et de son absence d'intérêt par les populations tant il apparaît absent de toute action notoire envers la cohésion intercommunale du territoire.
valirock
Je pense qu'il faut dans un premier temps utiliser l'immobilier vide, le rénover et le louer. Surtout remettre aux normes et l'actualiser, le parc immobilier actuel.( isolation âr exterieur, solaire, recup d'eau pour parties communes.
hubergamote
Mon commentaire fait écho à d'autres. Nous avons la chance de vivre dans une région qui bénéficie d'un ensoleillement généreux et il me semble qu'il serait de bon sens de rendre OBLIGATOIRE à chaque construction nouvelle (bâtiments publics, immeubles HLM et autres) de s'équiper de matériaux récuperateurs d'énergie solaire pour le chauffage et l'eau au chaude sanitaire. Cela n'empêche pas de prendre des mesures incitatives envers les particuliers qui construisent. La rénovation, dans ce domaine, du parc immobilier existant est certes plus coûteuse sur le coup mais plus économique à long terme.
biker06
en 2030 , j'espère avoir enfin un modèle d'autonomie basé sur le modèle italien avec la Sardaigne et le val d'aoste et ne plus être dirigé par la capitale jacobine. Enfin se séparer de cette région PACA qui ne correspond pas avec l'identité de notre comte de Nice ... une erreur culturelle et économique. On arrêtera de payer enfin pour la région marseillaise ...
diani505
Imaginer notre région en 2030 c'est croire au développement durable, avec ses trois piliers (environnement , économique, social)...il faut se projeter pour un mieux vivre ensemble selon ces trois axes, et selon un "Pacte éthique sociétal" pour agir sur la qualité du management, de nos collectivités territoriales, de nos élus, des organismes privés et publics fournisseurs, et bien sur des citoyens. Il faudra surement mieux utiliser la labellisation de nos produits, services, et aussi des organisations. vivons l'espoir!
diani505
je pense que notre région ne doit pas être déficitaire en énergie...sachons mieux utiliser les leviers du solaire...
cendrillon
une plus large place à la nature, aux espaces naturels. Moins de constructions sur le littoral, moins de voitures, plus de transports en commun rapides. Et aussi, une industrialisation des territoires. Le tourisme est une économie importante pour la Région , mais trop saisonnière.
lucie
réduire les déplacements intra-urbain et inter urbain, par un habitat plus concentré et urbanisation liant fortement activités et production avec habitat. arrêt de construction de zones pavillonaires et d'habitats dispersés... Recours plus-plus au renouvelable en matière d'énergie: éolien et solaire avec un objectif ambitieux de 25% de la consommation énergétique régionale d'ici 20 ans, ajouter aux mesures d'économie d'énergie électrique (fini le chauffage électrique dans les nouvelles constructions ...
JLN
D'abord informer la population, lui donner les éléments objectifs des enjeux, sur la Région PACA mais aussi sur les Régions proches (pour le nucléaire et la chimie, Rhône Alpes), et bien sur les autres exemples des Pays Européens en avance sur ces sujets. Ces thématiques doivent faire partie de l'enseignement et de la formation des populations jeunes et adultes et la Région à son rôle à jouer en se dotant des moyens de communication adéquats en utilisant tous les supports à sa disposition.
sauvage84
j imagine une region avec des habitants lies a leur terre, sans contraintes de politiques, sans barriere pour delimiter quoi que ce soit, une sorte de paradis terrestre que la provence n aurait jamais due cesser d etre. surtout laissez nous notre ventoux tranquille, que l on puisse continuer d y chasser, de s y promener hiver comme ete, de gravir les pentes a moto ou en velo Bref, lachez nous messieurs de la politique
filfrom13
L'hydrologie de la région (circulation superficielle de l'eau gênée par le mitage et le goudronnage à l'excès, par exemple) est à ré-estimer pour affronter les éventuels excès du climat.
jasse
- en profiter, voir le bon coté des choses - interdire des constructions sur les plages, respecter une distance de 100m au minimum, cela évitera déjà des malheurs - prévoir des zones à risques situées trop près des cours d'eau, en cas de montée, dans chaque village - la région doit pouvoir protéger les futures générations contre les inondations, le feu et les ouragans donc mettre au point des normes de constructions beaucoup plus sévères que ce soit le bâtiment lui même ou le lieu
beton
je suis ravi car apparemment les dirigents de la region font tout pour moi: favoriser un projet lgv pour apporter 110 millions de voyageurs en 2030 soit 70 millions de plus qu'aujourd'hui promouvoir un transport rapide (alors que plus on va vite plus on consomme de maniere exponencielle) detruire 1700 hectares de terres cultivable pour un seul projet avec des ponts , des tunnels des rambardes beton c'est tout ce que j'aime en plus le tgv cela ammene des personnes dans des centres commerciaux , d'industrie deshumanisés avec des caisses automatiques ce qui totalement aculturel ;..j'adore. et puis ces voyageurs vont vouloir leur place au soleil aussi ce qui est normal on ne peut pas le leur refuser alors ils vont construire ,construire et quand le batiment va tout va c'est bien connu (ça c'est ma maxime preferée!).et comme depuis des dixaines d' année a chaque fois on a ponctionné les zones agricoles pour subvenir a mes besoins de glouton pourquoi cela changerait il? en effet les terres cultivables sont plates avec de la terre (plus facile a creuser) et puis je sais pas pourquoi les agriculteurs j'aime pas! c'est comme ça j 'y peut rien ça reflechi trop c'est independant et ca consomme trop d' espace moi j' ai des solution de culture hors sol on s'affranchi des rigueurs du climat c' est plein d' avantage et puis c'est durable car on pourra mettre une usine agricole a proximité de chaque ville comme ça l'impact co2 sera reduit au maximum pour repondre a biker06 soit pas trop pressé avant de partir on va d'abor faire financer tout ça par les bouseux du var et des bouches du rhone et apres on demandera l'autonomie car je crois savoir qu'en italie il y a plein de belle cotes ensoleillees et puis leur economie va tellement mal qu'ils me verrons arriver avec joie... en tout ca bravo pour ce debat avec ces belles idées de la region (culture , durabilité, raisonnabilité solidarité) quand on voit ce qui est fait pour preserver la langue provençale,l' agriculture et quand on sait que l' on fait parti des regions ou il y a le plus grand ecart de richesse entre les hommes .toute cette bonne conscience qui reste a l' etat de voeux pieux et va à l'encontre des faits je trouve cela tres fort continuez comme cela ça m' éclate

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Espaces naturels, agricoles et forestiers : Quels rôles les espaces naturels, agricoles et forestiers peuvent-ils jouer dans une stratégie régionale d’adaptation et/ou d’atténuation des changements climatiques ?

nico84
depuis toujours ces espaces "tampons" nous permettent de vivre. il est temps de les intégrer dans notre développement. les espaces agricoles sont un secteur sensible dans notre paysage rural, cependant une révolution des usages est plus que nécessaire. Heureusement elle semble se mettre en place, beaucoup de jeunes agriculteurs pensent bio et qualité...
valirock
Il faut préserver l'espace vert, varier l'agriculture, l'incorporer dans les nouvelles constructions. Murs vegetaux, toit verts...
anto11
il nous faut mettre l'accent sur le rôle essentiel de nos terres agricoles si nous ne préservons pas nos grenier nous laisserons nos "estomac" à la merci du commerce internationnal !
agrirebelle
alors nico84 je souhaiterais te rappeler que l' agriculture a été inventée par l 'homme deja au temps des l' ancienne egypte elle nourrissait les homme alors les agriculteurs ne sont pas les habitants d' un espace tampon de plus contrairement a ce qui est vehiculé par l' aire du temps l' agriculture bio ne sera pas pour tout le monde tout simplement car elle coute plus cher a produire pour une raison principale : le rendement hectare y est moindre car on s'interdit des traitements qui existent et qui marchent au seul pretexte qu'ils ont été crée par l' homme alors moi se deviens bio si vous accepter d'utiliser votre voiture bio ,de vous chauffer et de vous allumer avec votre energie bio(relire la definition du bio ci dessus) de plus les deux maladie les plus frequentes et les plus traitées sont le mildiou et l oidium qui sont traité avec les produits bio suivant: le soufre (pluies acides) et le cuivre (metal lour qui s'accumule sans cesse dans les sols provoquant des polutions irreversibles)...bio vous avez dit bio! par contre je ne suis pas contre la qualité mais la qualité a un prix aussi et quand on sait que l'industrie agroalimentaire qui represente plus de 80% des aliments consommés fait ce qu'elle veux (enzymes,levures specialiées de toutes sorte)on peut se poser des questions sur la qualité de la nourriture de 80% des gents et tous les efforts sont apporter sur ce secteur prépondérent; pour valirrock merci de vouloir preserver l'espace vert mais noubliez pas qu'il est porteur de fruit ce n'est pas parcequ'il y a des vignes dans un rond point que l' on va manger du raisin et incorporer l' agriculture aux construction c'est novateur car jusqua present on a incorporé des construction a l 'agriculture et les habitants de ces constructions se plaignent souvent des nuisances de l'agriculture (odeur du fumier de l' engrais du soufre bruits de sulfateuses poussiere des labours bruit tot le matin ou en pleine nuit car trop de vent dans la journée...)
phalanster
Ces espaces sont indispensables à notre alimentation (de qualité ? > encourager de nouvelles pratiques), à notre environnement (ne plus urbaniser des surfaces agricoles), au tourisme (entretien de l'espace : que ferions-nous sans paysans ?), à notre cadre de vie (nous avons de si jolis paysages !). Cela revient à dire qu'il faut prioriser l'agriculture dans notre région, et donc d'abord permettre à ses acteurs d'avoir un revenu suffisant. A quand une répartition [au forfait et non à la tête de bétail ?] qui permette de maintenir de petites exploitations, qui pénalise l'agriculture intensive et permettra alors de conserver de la vie à la campagne ? Comme la Région ne peut modifier les critères d'attribution de la PAC, peut-être pourrait-elle imaginer un système d'aide forfaitaire, déconnecté des critères productivistes (au litre de lait, à l'hectare de céréales...), pour compenser la baisse que nous prépare l'Europe...
Nadège Bonfils
le projet "Eco-Vallée" : O.I.N. Plaine du var vise à urbaniser 10 000 hectares sur 15 communes des alpes maritimes. Ce, alors que cette plaine contient les terres parmi les plus fertiles d'europe, huit zones protégées au titre de leur biodiversité et des nappes phréatiques exceptionnellement pures. La pression foncière va détériorer cette plaine, quand on sait en plus qu'elle est fait en dépit des réalités hydrogéologiques alors même que le risque de crue du fleuve var est important. Nous demandons ainsi que le S.R.A.D.D.T. préserve les ressources de cette plaine et mettent des limites à la pression foncière.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Pour une croissance « raisonnée » permettant de concilier préservation des ressources et développement territorial local : Développement territorial et changements climatiques : Menace ou opportunité ?

jasse
opportunité car le développement territorial s'adapte aujourd'hui en tenant compte des changements climatiques à venir au cas où, tient à préserver l'environnement
croissance
la planete croit elle de 1, 2 ou 3%par an ? la population mondiale augmente les ressources diminuent la medecine progresse et nous vivons plus longtemps combien de temps reste -il avant que l' on meurent tous de faim?dans des conditions sordides j'avoue je n' ai pas de solution mais la croissance n'est surement pas la bonne meme si on la raisonne... mais j'ai sans doute tord
Carine
Opportunité : la menace du changement climatique va peut être nous faire admettre que nous sommes aujourd'hui arrivé au bout du système capitaliste, basé sur la consommation et euh...... La consommation !! Qui non seulement pollué notre planète mais également notre esprit !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

5 millions d’habitants pour quel « vivre ensemble ? »

Vers une plus grande solidarité des hommes et des territoires : Face à la croissance des inégalités économiques, sociales et territoriales, quelles démarches envisager pour mieux « vivre ensemble » ?

dominiquefraga
Mieux vivre ensemble passe obligatoirement, à mon sens, par une redéfinition du politique et de la démocratie, par une place plus importante à l'humanisme et aux valeurs morales, par un retrait du tout consumériste. Par une parole redonnée aux citoyens, par la mise en place de référendums... et par le retour de la confiance et de l'espoir !
ifpn4
Bientot on ne pourra plus bouger , serrés comme des anchois !!!!!
did
la production de richesse doit permettre une juste redistribution de celles-ci afin qu'elles profitent à l'ensemble de la collectivité. L'alignement des charges salariales, patronales et la taxation des revenus du capital devrait permettre de combler certains déféicits et de développer l'offre des services publics. Il faut donc encourager et favoriser les investisseurs qui créent de la richesse et des emplois sur le plan régional et non pas des investisseurs spéculateurs.
dési
La région doit être dynamique et permettre à ses habitants de vivre le mieux possible en ne se satisfaisant pas de l'existant mais en bâtissant un avenir. Pour cela, la priorité c'est l'emploi et le développement économique avec une industrie de pointe(en lien avec la recherche notamment sur les énergies renouvelables) comme avec des services et un tourisme de qualité . La région doit protéger ses sites et le cadre de vie , particularité de la Provence Alpes Côte d'Azur. Les déplacements doivent être facilités, notamment les réseaux ferrés et les transports collectifs en site propre. L'emploi doit être rapproché le plus possible de l'habitat et le dévelopement durable et écologique privilégié.Le logement est une priorité pour que chacun puisse avoir un logement comme un emploi.
dési
La mixité sociale doit être privilégiée et éviter les ghettos de riches comme les ghettos de pauvres.
lucie
mixité sociale : urbanisation
gisele.nash
Gardons l'espoir. Le confort et la modernité peuvent, dans une société de gens responsables, cohabiter avec un certain respect de la nature. A nous tous d'y croire, à nous tous de faire partager notre vision des choses, pour rendre possible un " moindre mal " dans ce monde difficile.
pacha
Toujours plus de béton,toujours plus de circulation, de bouchons, de pollution, de paysages massacrés, une sorte de course effrénée vers le toujours plus.... Commençons par réhabiliter l'existant ce sera un premier pas vers le bon sens.
DUBONDULAS
Beaucoup de prudence et de la concertation sur l'aménagement du territoire. Renforcer les ou un axe routier vers le nord de la PACA sur le Var et les A.M (avec tact et mesures). Arrêter le béton face au continent liquide et réfléchir assez vite sur le danger des mégapoles à l'eldorado apparent. Attirer économiquement (facile à dire) par les Equipements publics et des Entreprises des citoyens vers les Départements alpins de la PACA. Des villes à la campagne...Ah ! Alphonse Allais. Il a eu raison trop tôt.
nico69
la lgv paca en 2020 on mettra nice a 50 minutes de Marseille je suis de Lyon jiraint plus souvent a nice
dési derapa
reponse à dési: la question c'est comment reduire les differences de niveau entre les habitants de notre belle region ;d'une part: zinédine zidane,brad pit, angelina,et bien d'autres pour ne pas les citer d'autre part les travailleurs et sans oublier les habitants de la rue. pour la recherche j' ai un ami d'enfance qui travaille dans la biologie il a bossé dans deux entreprises qui ont été rachetées par les boites etrangeres (elles ont recuperé les revé puis fermé les antennes francaises comment croire a l'ecol=nomie de marché et a l'industrie de pointe si elle delocalise ou se fait racheter des quelle marche les transport collectifs en site propre ça veut dire lgv et pour moi ce n'est pas le besoin du var ni la question de la solidarité car pour moi tgv c'est un train non rentable financé par tous pour une minorité ; majoirité de financeurs que l'on calme par un acces a quelques billets subventionnés qui le font rever comme un tiquet de loto gagnant.
Bénédict SL
Je m'interroge sur les raisons qui font que notre système de décision est une "machine à produire du laid, du pas-sympa, du provisoire mal fichu", dans une région qui a tant reçu et qui pourrait être un paradis sur terre... Cela tient sans doute à la médiocre qualité de nos élus (mais nous avons les élus que nous méritons, n'est-ce pas?), à cette propension provençale à passer à côté des règles, au manque d'éducation, d'imagination, de vision à long terme. Ici la bagnole est encore reine, chacun aspire à son petit cabanon avec BBQ, grillage, et piscine bleutée, tout peut plus ou moins se négocier, c'est sympa, mais au total la collectivité y perd. Normal, un minimum d'organisation sociale suffit quand le soleil est si généreux, que la solidarité nationale nous prend si bien en charge, et que nous pouvons vendre si facilement nos ressources (foncier, sites et paysages, mer, farniente ou OM...)! Il est temps de revenir à une société plus durable, fondée sur des emplois productifs locaux (cf. le poids énorme de l'économie résidentielle, touristique et publique), évitant les gaspillages (allongement des distances domicile-travail, éparpillement de l'habitat, individualisation des comportements dans tous les domaines), valorisant les expériences positives en terme d'environnement (solaire passif -comment ça se fait que ce ne soit pas généralisé, transport public, etc. etc.) et de solidarité (ça vient, covoiturage par exemple, mais toutes ces TV grand écran seraient heureusement remplacées par des ciné-clubs etc.). Bref, il faut changer, ou plutôt faire évoluer (et cela prendra du temps), tout notre logiciel. Et avoir du courage aussi, car la crise est devant nous et nous pouvons y voir une opportunité pour configurer une autre société où nous serons globalement au moins aussi heureux sans avoir nécessairement les mêmes consommations.
jacques
la région, c'est nous qui bâtissons son avenir et nous devons prévoir ce qu'elle sera pour nos enfants.Une région qui soit durable, soutenable et permette à ses habitants actuels et futurs de vivre et se loger à proximité de son lieu de travail, ceci pour éviter trop de déplacements, trop de oûts et de pollution.La région doit être attractive, se spécialiser dans des filières d'avenir et l'action publique doit permettre à chacun de se former et de se préparer aux emplois qui existent et qui vont exister dans l'avenir.La région doit maintenir et développer un secteur productif industriel dans des secteurs de pointe. La diversité est une chance pour la région à condition que l'on développe la mixité sociale, un habitat de qualité pour tous et dans tous les quartiers et villes.Tolérance et lutte contre les inégalités sont prioritaires!
phalanster
Je crains qu'avec l'augmentation du coût des déplacements (qui ne fait que commencer) on revienne à une reconcentration des habitations en ville et un nouvel exode rural. Déséquilibre qui sera invivable à tous - et tellement coûteux à rattraper ! La solution ne réside t-elle pas, même si c'est à relativement long terme, dans d'autres modes de transports à inventer (?), mais déjà dans le développement de filières dont on sait qu'elle seront omniprésentes (et peu chères ?) dans l'avenir : je pense en particulier à l'hydrogène. Et si dans la Région on développait de l'hydrogène "au fil du soleil", pour faire rouler les voitures ?

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Mixité ou spécialisation : La diversité des usages, des activités et des personnes sur un territoire est-il un facteur d'attractivité et/ou de réduction des inégalités économiques, sociales et territoriales ?

nico84
La diversité est un moteur pour une région, une ville, un village, pour peu que l'on sache respecter les modes de vie et les lieux de vie.
cité berthe
(vision 2024) merci de nous deplacer vers des villages ou il n' y a rien a faire pas un ciné pas un supermarché que des villas pleines de riches attirantes on finissait par s 'emmerder a auchan.de qui est dommage c'est qu'à la place de nos cheres tours il y a maintenant des zones d'activité avec des petits boulots que l' on ne peut pas aller faire car on a pas de voiture et que le tgv ni le ter ne s'arretent chez nous car la ligne est a 5 km de notre logement hlm. heureusement avec les années qui passent l'immobilier croit au detruiment de l'agriculture (les paysants n' arrivent plus a payer les droits de succession vu la progression des prix du terrain) donc la mixité ammene la specialisation (dans un sens unique mais c'est un detail non?)

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Intervention publique ou initiative individuelle ? Comment action publique et mobilisation citoyenne peuvent elles développer les solidarités et réduire les inégalités économiques, sociales et territoriales ?

Marc
Oui à l'initiative citoyenne, non à une somme d'initiatives individuelles ! L'intervention publique est irremplaçable en ça qu'elle répond à l'interêt général ! Rappelons-le la somme des interets individuels n'a jamais fait l'intérêt général.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Nouvelles mobilités, nouvelles solidarités, nouvelles territorialités... ?

L’aménagement du territoire doit-il dicter ou subir les équipements de transport ? L’explosion des mobilités est un réel défi pour l’aménagement du territoire régional, c’est également un enjeu sociétal. Comment l’aborder, comment faire évoluer les modes de vie, l’offre de mobilité, l’urbanisme pour que la voiture n’en devienne qu’une composante ?

dominiquefraga
je pense au contraire qu'il faut revenir au local, au travail et au logement dans une même ville ; l'utilisation des transports ne se faisant que pour les loisirs. Nous en gagnerions en qualité de vie, au retour d'une meilleure parentalité et des économies d'énergie certaines et durables.
ifpn4
Le train est la seule solution de transport a grande échelle !!!
brins24
Je suis en accord avec le fait qu'il faut revenir au local, on vit dans une région à embouteillages monstre et avec des problèmes de parking ! y a un problème d'organisation, Sophia Antipolis est très mal desservie, les bus et les trains ne sont pas synchronisés, enfin commencez par améliorer ce qui existe, et créer des trottoirs et des passages piétons là où il en faut !!! (Sophia et Nova Antipolis)
sammy30
L'aménagement du territoire doit dicter les équipements de transports : dans les communes, développer les modes doux et les transports en commun pour réduire très fortement la place de la voiture. Créer des parcs relais aux limites des villes et en tête de ligne de transports en commun performants et confortables, pour ceux qui n'aiment se déplacer qu'en voiture (ou qui ne peuvent pas faire autrement). Entre les villes, privilégier des moyens de transport collectifs (trains ou cars) pour la aussi, réduire la place de la voiture. Et bien entendu, pour réduire les déplacements, faire que chacun puisse trouver à 2 pas de chez lui, son travail, ses courses et ses loisirs. L'utilisation de la voiture en solo doit devenir marginale.
cendrillon,
éviter d'aller habiter dans la grande périphérie des métropoles, revenir à un mode de vie plus économe. Habiter en ville. Utiliser les transports en commun.Multiplier les transports en commun rapides.Faire des liaisons de banlieue à banlieue.Privilégier la sécurité dans les transports en commun.
piji
Vu du ciel, cela doit être assez surprenant de voir tous ces humains se croiser, les uns résidant à A et se rendant à B, les autres résidant à B et se rendant à A..... et ainsi de suite jusqu'à l'infini. Outre le coût de mise en oeuvre d'une politique de transports urbains, inter-urbains et inter-régionaux, on pourraît aussi mesurer l'incidence sur les coûts liés à la santé (pollutions, stress, fatigue...), générés par cette course irrationnelle relative aux pôles de vie... Serait-il venu à l'idée des humains, il y a quelques décennies, d'habiter à plusieurs dizaines de kilomètres de leurs terres, de leur usine, de leur bureau, de leur commerce ? Sûrement pas. Certes, autrefois le travail "venait" à côté du lieu de vie. Aujourd'hui, il faut "aller chercher" le travail un peu plus loin. Une fois trouvé, pourquoi ne pas accepter la notion de mobilité liée non pas au travail, mais à l'habitat ? A regarder vivre les Crétois - même si les dimensions territoriales sont peu comparables - on aurait beaucoup à apprendre sur le sujet de l'organisation sociale liée au travail. S'ils habitent Héraklion, ils travaillent soit dans la ville, soit en périphérie immédiate, de même pour les gens de La Canée, de Réthymnon et des pôles d'emploi agricoles. Cela vaudrait la peine de réfléchir à cette alternative. Alors peut-être dégagerons-nous suffisamment de budgets pour enfin développer de véritables politiques de transports urbains et péri-urbains, accessibles à tous, utiles pour tous, jeunes, anciens, personnes en situation de handicap, actifs ou pas. Cela permettrait aussi d'espérer, par voie de conséquence, la dépollution des grands axes régionaux...?
jacques gus
La vie des habitants, la satisfaction de leurs besoins est notre objectif.Bien sûr il faut réduire les déplacements, rapprocher lieux de vie et lieux de travail, éviter les gaspillages, les énervements et le temps perdu.Les transports collectifs sont à privilégier, à organiser, à coordonner, à simplifier.
Thomas
Certes des métropoles , mais aussi un réseau de transports en commun rapides, nombreux. Une habitation près des villes ou dans la ville afin de réduire les transports quotidiens.Des espaces naturels protégés, nombreux.Le tram en ville , l'autocar ou le train pour joindre les villes proches.Moins de zones pavillonaires dévoreuses d'espace et sources de transports en voiture.Des pistes cyclables, parout où cela est possible.
diani505
il faut sans doute mettre en œuvre un observatoire des besoins d'emploi dans un bassin donné (ex CPA Communauté du Pays d'Aix) pour améliorer l'adéquation habitat/transports...et mettre cette ressource à disposition ....il existe déjà au moins une initiative dans ce sens!
Marie D.
Dans de nombreuses villes les personnes agées bénéficient de la gratuite des transports urbains.A Toulon autrefois il existait des cartes de bus petits trajets et grands trajets! maintenant le réseau Mistral fait un tarif unitaire ( trop cher malgré la réduction 3 ème âge ! )identique si on prend le bus pour descendre en bas de la rue ou pour aller de Hyères à Six Fours !!c'est injuste et très frustrant quand on habite Toulon !! à 82 ans j'utilise souvent le bus pour aller du Mourillon au centre ville ,pourquoi ne pas rétablir le tarif petits trajets dans les bus en ville?
Aiyena
Bonsoir Je pense qu'un parc protégé serait bien utile car sans nature, sans arbres, point de vie..Puis c'est franchement plus beau que des constructions sans âme et toutes collées les unes aux autres.
rural
une voiture est necessaire en habitat rural (courses,travail,acces aux transports en commun les transports en communs ne sont pas adaptés ter toutes les 30minutes en heure de pointe entre toulon et marseille des trains annulés sans raison sans escuses (on nous prends pour des moutons abrutis) l'ideal est de reduire les transports dans nos vies (stress temps perdu,consomation d' energie investissement) ammeliornat nos qualité de vie, pour pluis de temps libre de culture de parentalité, de vie de couple
mouton beta
une voiture est necessaire en habitat rural (courses,travail,acces aux transports en commun les transports en communs ne sont pas adaptés ter toutes les 30minutes en heure de pointe entre toulon et marseille des trains annulés sans raison sans escuses (on nous prends pour des moutons abrutis) l'ideal est de reduire les transports dans nos vies (stress temps perdu,consomation d' energie investissement) ammeliornat nos qualité de vie, pour pluis de temps libre de culture de parentalité, de vie de couple
jacques
Une région agréable à vivre c'est la possibilité de se loger, de travailler et de vivre dans un espace proche . Pour cela il est nécessaire de développer les transports publics de qualité mais il y a urgence car il est scandaleux que des infrastructures telles Marseille-Aix ne soient pas crées (style métro cadencé) ! Pour cela il faut une seule autorité, une harmonisation , une coordination!

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

La Mobilité à quel prix ? : La mobilité individuelle explose, doit-on mobiliser des moyens financiers massifs pour inverser la tendance : adapter l’offre publique de transports, financer une tarification sociale ? Doit-elle faire l’objet de mesures contraignantes sur certains axes ? La mobilité à tout prix a un prix, qui le paye... ?

did
si on veut réduire notre impact sur la polution et améliorer le bien être des salarié il est évident qu'il faut limiter la mobilité et favoriser les transports collectifs à la portée du plus grand nombre!
sammy30
Pour réduire la mobilité individuelle "obligatoire" (domicile-travail-domicile), il faudrait que chacun puisse trouver à deux pas de chez lui son travail, ses commerces, ses lieux de loisirs. Cela demande un aménagement de la ville. Cela est possible, puisque les pays de l'Europe du Nord l'ont réussi. Il faut développer les transports en commun, et pour que ceux-ci soient rentables, il faut qu'ils soient largement utilisés. Donc, il faut contraindre ceux qui font de l'auto-solo, à abandonner leur voiture en leur offrant des transports en commun performant et confortables.
jasse
il est impossible de trouver un travail, le commerce etc... à deux pas de chez soi, ce qu'il faut c'est rééduquer les gens, leur apprendre à économiser les aller-retour, ou les faire ensemble (encore faut il connaître son collègue de travail!) à tour de rôle en transportant plusieurs personnes ou faire des déplacements à pied et à vélo, ne pas faite des courses tous les jours... nous avons tellement pris l'habitude du confort que nous ne faisons plus d'efforts,
piji
Vu du ciel, cela doit être assez surprenant de voir tous ces humains se croiser, les uns résidant à A et se rendant à B, les autres résidant à B et se rendant à A..... et ainsi de suite jusqu'à l'infini. Outre le coût de mise en oeuvre d'une politique de transports urbains, inter-urbains et inter-régionaux, on pourraît aussi mesurer l'incidence sur les coûts liés à la santé (pollutions, stress, fatigue...), générés par cette course irrationnelle relative aux pôles de vie... Serait-il venu à l'idée des humains, il y a quelques décennies, d'habiter à plusieurs dizaines de kilomètres de leurs terres, de leur usine, de leur bureau, de leur commerce ? Sûrement pas. Certes, autrefois le travail "venait" à côté du lieu de vie. Aujourd'hui, il faut "aller chercher" le travail un peu plus loin. Une fois trouvé, pourquoi ne pas accepter la notion de mobilité liée non pas au travail, mais à l'habitat ? A regarder vivre les Crétois - même si les dimensions territoriales sont peu comparables - on aurait beaucoup à apprendre sur le sujet de l'organisation sociale liée au travail. S'ils habitent Héraklion, ils travaillent soit dans la ville, soit en périphérie immédiate, de même pour les gens de La Canée, de Réthymnon et des pôles d'emploi agricoles. Cela vaudrait la peine de réfléchir à cette alternative. Alors peut-être dégagerons-nous suffisamment de budgets pour enfin développer de véritables politiques de transports urbains et péri-urbains, accessibles à tous, utiles pour tous, jeunes, anciens, personnesen situation de handicap, actifs ou pas. Cela permettrait aussi d'espérer, par voie de conséquence, la dépollution des grands axes régionaux...?

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Autorités de transport : coordination ou unicité régionale ? Une autorité organisatrice unique des transports au niveau régional est-elle souhaitable ? Quels seraient ses moyens et compétences en termes d'urbanisme, de circulation, de stationnement, de voirie et de fret ? Quelles en seraient les conditions de financement ?

 
Soyez le premier à intervenir en remplissant le formulaire ci-dessous !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Des hommes, des territoires, des économies… quelles convergences ?

Concurrence / coopération / Convergence : Comment concilier spécificité des territoires, croissance démographique et compétitivité en vue d’un développement économique harmonieux ?

diani505
Vers un développement durable, qui sache concilier développement économique dans un territoire préservé, dans lequel chaque citoyen peut trouver sa place. La région ne peut se satisfaire de ne pas êtreaussi autonome vis à vis de l'énergie (elle en importe beaucoup!)...place au solaire! Et aussi place à un "Pacte éthique sociétal" vis à vis de la qualité du management des collectivités territoriales, des élus, des organismes publics et privés,fournisseurs des produits et services, des citoyens. Pour une meilleure utilisation de la labellisation, des produis, des services et de nos organisations.
jacques gus
Autant les grandes métropoles sont nécessaires, autant il faut conserver des territoires vivants de leurs particularités et de leurs richesses.
mario-daumier
J'aurai tant de choses positives a écrire ici et que je puis faire , faute de place pour mes écritures . Il y a un point important a mes yeux concernant cette énergie solaire que notre région saurait si bien capturer.. je fais donc allusion aux établissements scolaire du 1er et second degré , disposant de toits relativement important , pouvant capter un volume très important d'énergie solaire et très souvent , j'ai entendu que le cout était trop important...? Durant plus de 25 années dans la fonction publique , j'ai vu passer sous mes yeux un très grand notre de gaspillages bien diverses , alors que si j'avais eu un certain pouvoir a l'époque , cette argent aurait être mit de coté pour ensuite démarrer des travaux lier a notre beau soleil du midi . Encore a ce jour , je constate bien des dépenses forte inutiles et bien couteuse a notre économie régional. A moi seul , je ne pourrai refaire le monde seul mais il est certain que chacune de nos idées seront les piliers de notre si belle région a qui j'apporte mon coeur a jamais.. DI GIACOMO MARIO
Cendrillon,
Vers un effort sur les transports en commun : moins polluants, plus fréquents, sécurisés. Un habitat économe en énergie. Utilisation de l'énergie solaire. Plus de jardins publics en ville. Moins de place à la voiture.Un urbanisme avec des coeurs de ville reliés les uns aux autres par des voies rapides. Utilisation d'énergies diverses ( éolien ...)
mi
pour une région plus solidaire et source de synergie, qui valorise ses forces locales, aussi bien ses ressources (produits agricoles, potentiels énergétiques, ...) que ses hommes et femmes( projets locaux à interconnecter), tout en préservant notre beau patrimoine et nos richesses. favoriser cette "intelligence du territoire", cela nécessite d'avoir des grandes orientations mais aussi de mettre en place des chantiers locaux. Notre Région est fabuleusement "riche", non pas d'actions en bourse mais en produits, sites remarquables, monuments, paysages, Hommes, projets... Les carcans sont multiples comment libérer toutes ces énergies?
Jacques
Les pouvoirs publics ont la responsabilité de développer l'aménagement du territoire, de conserver des espaces verts, des espaces naturels. Nous devons permettre à la population des villes d'avoir des espaces de détente, de transports en laissant des coeurs de ville, avec des commerces et des lieux de loisirs et de culture dans chaque centre de villages grandes mais aussi moyennes.De même il ne doit plus y avoir de quartiers délaissés, sans moyens de transport, sans lieux de rencontre ni lieux d'activité pour la population, les jeunes comme les vieux.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Consommation d’espace / aménagement du territoire : A quelles conditions le développement économique, consommateur d'espaces peut-il être un vecteur de l'aménagement de l'espace ?

 
Soyez le premier à intervenir en remplissant le formulaire ci-dessous !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Hyper métropolisation / métropolisation du territoire : Doit-on concentrer les ressources et l'économie sur quelques coeurs de métropole d'excellence ou organiser le développement à l'échelle des grands territoires métropolisé sur la base de nouvelles solidarités ?

AL_doudou
Au contraire d'une métropolisation forcenée, il faudrait préserver un tissu urbain et péri-urbain permettant plus d'espaces naturels, et limitant les concentrations d'habitats, qui ont bien montré leurs effets pervers. Pour autant, les activités économiques doivent pouvoir trouver leur place, de façon disséminée, de façon à permettre le maintien des populations dans des localités à dimension humaine.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Une région méditerranéenne ouverte, confrontée à la mondialisation

La région Provence Alpes Côte d’azur, théâtre des enjeux mondiaux : Quels leviers pour une région actrice de la mondialisation qui sache en maîtriser les effets les plus néfastes ?

ifpn4
Notre belle Provence est en train de disparaitre , corps et biens ....
filfrom13
La culture provençale est très minorée par rapport aux autres cultures (mondialisation oblige). Néanmoins, elle perdure grâce à certaines manifestations et certaines pratiques (culture, élevage, architecture). Une identité n'est pas une tare : elle peut être au contraire une force. La "provencialisation" systématique de l'architecture pourrait aider. Par exemple : faire la chasse à toutes ces boîtes à chaussures métalliques géantes qui pullulent dans les zones d'activités commerciales (Plan de Campagne, à Saint-Maximin, etc).
jacques gus
Les échanges sont à privilégier, échanges économiques et commerciaux mais aussi culturels , sportifs et sans oublier la dimension sociale:pourquoi pas des rencontres des syndicats du sud de l'Europe?et avec l'autre rive de la Méditerrannée?
Indignédu13
On bétonne la région à tous va depuis 30 ans, les forêts sont mitées de villas et sont devenues de vraies poubelles, le littoral est défiguré et les fonds du bord de mer sont moribonds, l'urbanisation s'étend de partout et on ne croise que des zones d'activités toutes plus laides les unes que les autres. Et maintenant vous venez nous parler de développement durable ? La bonne blague ! Et le nouveau truc à la mode, le tgv Nice, le miracle qui va désenclaver les Alpes Maritimes ! Déjà je ne vois pas trop en quoi le 06 est enclavé, surtout avec le nombre de personnes qui s'y installent chaque année ? J'y vois surtout une grosse bouse (pour rester courtois) qui va encore un peu plus défigurer nos paysages, tout ça pour faire le bonheur des promoteurs immobiliers et de quelques bobos parisiens qui pourront plus facilement venir passer leur week-end à Nice...et au passage faire grimper les prix de l'immobilier comme ce fut la cas dans le 13 avec le tgv Paris-Marseille. Quant à la soit disant concertation autour du projet où tout, sauf le tracer, est déjà décidé à l'avance, ça me fait bien rire (jaune). La Provence où je suis né est devenue surbétonnée, surpeuplée, surpolluée et a perdu son identité au passage. Et qu'on ne vienne pas me dire que ce truc commercial sur une soit disant "Provence authentique" que l'on fourgue aux touristes c'est ça l'identité provençale. Bref, la région en 2030 je préfère éviter de l'imaginer !
vous revez!
comment pouvez vous imaginer etre acteur de la mondialisation et en reduire les effets les plus nefastes?? vous révez c'est mission impossible la mondialisation n' pas besoin de nous pour ce faire est elle ne veut surtout pas reduire ses effets ce sont eux (surtout les plus nefastes) qui la nourissent mais par qui somme nous gouvernés?
jacques
Il faudrait multiplier les échanges avec les pays voisins, mieux se connaitre, mieux développer les occasions de rencontres et privilégier la production de proximité mais cela ne doit pas se faire au détriment de ce que font les habitants de notre région.Pourquoi les Pays du Maghreb ne sont pas privilégiés ? ils sont nos partenaires naturels.De même nos voisins européens (Italie et Espagne).

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

la Méditerranée, le renouveau économique après le printemps politique ? : Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle prospérité pour l’euro méditerranée ?

did
il parait évident qu'avec ce qui se passe de l'autre côté de la méditerranée , la région va avoir de nouveaux interlocuteurs avec qui elle va pouvoir envisager de partager de nouveaux projets en ayant en commun des valeurs démocratiques plus en phase ; donc des possibilités de développement plus ouvertes

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Local / interrégional/ Europe : Entre enjeux mondiaux et réponses européennes, quelle place pour une stratégie régionale et euro régionale ?

prouvenço
l'europe impose aux etats la defenses des langues et de la culture locale pourtant la france traine les pieds (anen o per la lengo accitano!) la region devrait porter une voie d'opposition a l'etat mais elle est son instrument jacobin alors que la region ne me parle pas d 'europe qu'elle fasse son boulot et que meure l'etat centralisateur francais alors elle pourra justifier son existance ce n 'est pas aux departements ni aux communes de disparaitre vive le pouvoir local sur lequel seul les electeurs peuvent avoir un poids

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Métropole et systèmes métropolitains : quels enseignements pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ?

Les systèmes métropolitains intégrés, leviers de développement territorial - Territoires 2040

Jacques
La métropolisation en cours depuis 40 ans s'accélèrent sans qu'une réflexion citoyenne.se soit déroulée. Cette recomposition territoriale favorise la concentration des activités économiques et des richesses. Faut-il absolument que 90% de la population vive en zone urbaine ? ou doit-on créer des zones d'équilibre, compatible avec un développement vraiment durable ?
filfrom13
Faut-il penser que démotropolisation et décroissance sont liées ? Entasser ou disperser la population ont-ils des influences réelles sur la croissance et l'emploi ? Pourquoi le télétravail est-il abandonné ? Pourquoi le travail en forêt n'est pas plus valorisé dans une région aussi verte que la nôtre ?
fourmillière
tous entassés a meme endroit avec des routes priviligées reliant d'autres fourmillières voila un beau systheme mais moi j'aime vivre a l'ecart de ça ou devrais je aller quand ma vie sera invivable aupres de l'autoroute et du rail?
gus
Limiter l'expansion des grandes villes mais surtout faire que les habitants puissent vivre, habiter , travailler et avoir des loisirs dans la proximité. Il faut des grandes métropoles, toutes les grandes régions ont des métropoles qui tirent leur région, qui sont attractives, qui sont des lieux de décision et rassemblent des sièges sociaux. Il nous faut voir les exemples qui marchent et attirent, que ce soit le Grand Lyon ou même Lille Métropole qui rassemblent toutes les villes et communes, qui mettent en commun des moyens et permettent la mutualisation des moyens et aussi une coordination des politiques et aussi la solidarité entre les territoires, les villes et les quartiers, les lieux d'habitation et les zones d'activités. La ville centre doit être renforcée et Marseille doit l'être. La Métropole de Marseille c'est bien sûr un territoire de Fos à Aubagne et Aix.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Quelles métropoles et quelle gouvernance des métropoles françaises à l’horizon 2040 ?

 
Soyez le premier à intervenir en remplissant le formulaire ci-dessous !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Les territoires de projet au regard de la reforme territoriale

Les impacts de la reforme territoriale sur le territoire régional et sur les territoires de projet : Quelles perspectives pour les territoires de projet avec la recomposition territoriale imposée par l’actuelle réforme ? Comment éviter des fractures dans le territoire régional et accompagner les territoires ruraux et urbains pour faire face aux enjeux de demain ? Comment accompagner un projet de territoire sans contractualiser ?

Cookie
D'abord Bravo! pour cette initiative. Je pense que la Région pourrait être à l'initiative de projets, p.ex. la prévention de la délinquance. En empruntant à la philosophie et à la psychothérapie des techniques, outils et exercices pour une meilleure connaissance de l'homme, de soi-même et des autres, beaucoup de jeunes trouveraient des alternatives à la délinquance et à la violence. Progressivement, l'argent consacré à la répression servirait à financer la prévention. Le délinquant est si totalement identifié à son rôle et attitude de "délinquant" qu'il ne voit même pas d'autres possibilités qui existent pourtant déjà en lui. Nous avons tous une multitude de sous-personalités, différentes selon qu'on berce un bébé, qu'on conduit sa voiture, qu'on passe un entretien d'embauche ou un examen. En permettant aux jeunes, à travers de la théorie et des exercises, de vivre ses alternatives, cela lui donne des choix qu'il n'avait pas, faute de savoir et croire qu'il en avait. Pour capter un tel programme il faut une personalité politique qui représente et exprime clairement les valeurs de sa population: p.ex. une vie saine avec un travail où chacun peut s'épanouir et croître, financièrement, physiquement, psychiquement..., sans craindre de perdre ni les êtres qui lui sont chers, ni ses avoirs.
Jacques
Nous avons tout intérêt à développer les lieux d'échanges de proximité, à favoriser l'expression de la population et cela passe aussi par l'écoute des syndicats, des associations. C'est pourquoi les Conseils de développement doivent être développés sur chaque territoire, avoir des moyens plus importants, être mieux écoutés. Il faudrait multiplier les échanges entre les conseils de développement et aussi les échanges entre les conseils de développement et les élus.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

L'avenir des démarches participatives et de projets : Quelle démocratie locale après de la réforme territoriale ? Quel avenir pour les conseils de développement ? Quelles réponses et quels projets face aux réalités du terrain et aux exigences de solidarité ?

internet
depuis l'avenement de nouvelles technologies l'etendu du reel s'augmente mais que fait on des bases? la culture provençale :aucune questions sur ce sujet dans le developpement durable pourtant comment l 'arbre irait il vers le ciel sans racines une majorité de gens vivent en ville faut il tenir compte de l 'avis de la majorité des gens pour gerer les espaces ruraux au risque de les voir disparaitre?

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Synthèse du SRADDT

Réagissez sur les 3 thèmes : Changement climatique, Inégalités et disparités socio-spatiales, Problématiques territoriales

violette1107
il est de plus en plus diffcile de vivre dans notre region qui ne fait la part belle q aux nantis, on paie tres cher le soleil mais apparemment le nord est plus riche d experiences humaines. Pouquoi le foncier est il si cher? pourquoi ne trouve t on pas d internats pour nos enfants, d experiences inovantes accessibles a tous, de produits culturels de qualite.nous sommes des milliers et pourtant si isolés...
jl
LIAISON AUTOROUTIÈRE GRENOBLE SISTERON.
Bueillinc
Votre document montre la primauté accordée à la vallée du Rhône et à la région marseillaise. Il ne prend pas en compte la spécificité des Alpes Maritimes, et maintien la ville de Nice à l'écart. Faudra-t-il se tourner du côté de l'Italie qui d'ailleurs nous est plus proche, économiquement et sentimentalement? En ce qui concerne la ville de Nice, les transports urbains laissent à désirer: Arrivée tardive du tramway ,deuxième ligne problématique sous-utilisation des Chemins de fer de Provence etc...
pyg
La région a de très nombreux atouts, les collaborateurs de la région forme une "grande entreprise" dont les principales missions sont d'aider, sur le plan social, environnemental, économique et donc "politique" au développement durable de toute une région ... pour y parvenir ... je propose d'intégrer dans cette collectivité territoriale des compétences managériales, humaines, économiques qui viennent de l'entreprise ... lesquelles compétences et expériences ont déjà fait leurs preuves dans ce secteur extrêmement concurrentiel ... Que pense le "président et patron" de cette magnifique, riche et future première région d'Europe qui devrait saisir toutes les opportunités que cachent les changements (climatiques, humains, sociaux et économiques) ?
drfx
Il y a une déconnexion de plus en plus grande entre les outils d'aménagement ( local, départemental, régional) et les situations dans lesquels vivent les salarié(e)s / habitants en matière de travail, de déplacement, d'habitat , de formation, d'éducation et de culture.... que j'ai tendance à m'abstenir dans le débat proposé . N'y a t-il pas là un fossé à combler, apte à d’élaborer avec ces derniers, un réel Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire (SRADDT). Un exemple qui peut-être me direz-vous n'a rien à voir avec le SRADDT, ( et pourtant !!!) mais plutôt que de répondre à la question dramatique du logement par article 20 ( ?) de la loi SRU , ne pourrait-on pas dire plus clairement que la charge logement ( charges comprises ) ne doit pas dépasser 20% du revenu et bâtir sur cet objectif un plan logement régional ( parce que dans le même temps le programme h99 sur ARENC ( www.h99.fr) à Marseille produit 140 logements à 8900 €/m2 en " moyenne !! [le foncier a bon dos ! , alors que c'est le compte à rebours promoteur qui mène le bal ) Vous me répondrez sans doute que la question du logement n'est pas de la compétence du SRADDT ... alors continuons à tourner en rond ...
CVDR84
Le développement des transports en commun et le report du fret de la route au rail sont une nécessité que plus personne ne conteste. Dans le même temps la région ne fait rien pour protéger des itinéraires stratégiques tels que d'anciennes voies ferrées qui devront tot ou tard être réutilisées. Au niveau local on continue à détruire et à urbaniser des corridors de passage qu'il sera presque impossible à remplacer économiquement. Arrétons de palabrer pour des objectifs à 20 ou 30 ans et agissons pour ce qui peut être fait MAINTENANT
jolec
solidarité entre les territoires, c'est aussi entre la côte et l'arrière pays. J'imagine qu'il serait redevenu possible de vivre même dans les vallées les plus reculées de notre arrière pays, en les rendant accessibles par des transports doux sur des chemins qui ne défigurent pas le paysage et qu'importe la vitesse J'imagine qu'il serait possible d'accéder à la formidable ressource que constitue la forêt (surtout privée) de l'arrière pays dans une exploitation respectueuse de l'environnement.
Bob
De la bonne réflexion tout cela, mais que tout cela est "terrestre". PACA continue à oublier la mer. A quand une intégration terre-mer enfin consciente et efficace ?
Jacques
Tous les élus et les collectivités doivent privilégier l'application du schéma régional et préparer notre avenir. Il y a des choix urgents car c'est maintenant que les décisions doivent être préparées pour des investissements en matière d'infrastructures , de recherche et de développement notamment . Notre avenir c'est surtout ce que nous voulons pour nos enfants !
BF Buëch05
>> Les métropoles urbaines ne doivent pas être le seul point d’appui du développement régional ; la ruralité a des atouts pour un monde futur mieux équilibré, qu’il faut savoir promouvoir. >> Les « espaces à fort enjeux environnementaux » ne sont pas de simples réservoirs potentiels de retraités ; il ne faut pas les envisager comme des territoires où il ne se passe rien, et doivent au contraire développer des dynamiques compatibles avec leur environnement préservé, voire y contribuant. >> Les potentiels pour la vallée du Buëch, ouest des Hautes-Alpes : Le Buëch est l’un des territoires les plus pertinents (avec la Cerdagne) pour le solaire direct ; situé entre méditerranée (marchés) et Rhône-Alpes (recherche), il a vocation à être territoire d’expérimentation (solaire thermodynamique, hydrogène, éco-habitat, transports « verts »… et devrait pouvoir devenir un pôle important de l’INES à terme.
BF buëch05
La question de la liaison Sisteron-Grenoble doit être envisagée par Lus la Croix Haute (dans une configuration plus légère en aménagement 3 voies alternées par tronçons ?) : plus courte, moins coûteuse…
Nadège Bonfils
En tant que coordinatrice du collectif "O.I.N. Plaine du Var : pour un débat citoyen", j'insiste sur la sanctuarisation des terres fertiles, la maitrise du foncier pour éviter l'urbanisation des terres fertiles, la préservation de la ressource en eau (pression foncière détériore les nappes phréatiques), la préservation et mise en valeur de la biodiversité terrestre et marine. La préservation du littoral est cruciale et les projets d'urbanisation en mer comme l'extension du port de plaisance de saint laurent du var sont destructeurs.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Lancement des orientations stratégiques

Les territoires face aux changements climatiques

 
Soyez le premier à intervenir en remplissant le formulaire ci-dessous !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Les territoires face aux mutations économiques

jacques
Le développement économique ne doit pas oublier la dimension sociale et humaine. Il n'y a pas que la rentabilité, les aspects financiers. Il y a aussi le devenir des territoires, le tissu productif qui doit être préservé et développé, l'emploi qui doit être prioritaire. La région doit le plus possible développer une production locale, notamment pour les produits alimentaires. La région doit mettre l'accent sur la recherche et le développement, sur les secteurs porteurs, sur l'excellence, sur le lien avec les universités et les lieux de formation.Chaque territoire doit avoir un avenir et doit cultiver ses spécialités.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Les territoires face aux évolutions démographiques et sociales

Audrey
Je souhaite intervenir ici sur la valeur ajoutée de la Région sur le thème "Territoires face aux évolutions démographiques et sociales" (je n'ai pas pu le faire lors de l'atelier du 20/09). Il me semble qu'avec les compétences en matière d'emploi, de formation et de développement économique, la Région peut jouer un rôle moteur pour la solidarité inter-territoriale et la réduction des inégalités (par ex : adaptation des formations proposées aux besoins de chaque territoire, etc. C'est tout le travail des nouveaux COTEFE que l'on attend.). Elle peut également jouer un rôle important dans les défis démographiques (politiques jeunesse/ vieillissement actif, etc.). Enfin, en matière de mobilité, la Région devrait jouer la carte de la coordination des différentes AOT., et développer une politique efficace de mobilité au service des citoyens et adaptée à chaque territoire (ne pas laisser les espaces ruraux sur le bord de la route!).
Jacques
Il ne doit pas y avoir de territoire isolé ou sans avenir! Bien sur que chaque territoire a ses particularités , ses richesses et les élus comme la population doivent y travailler , déterminer les priorités. La solidarité doit être mise en avant car la région Provence Alpes Côte d'Azur se veut une terre d'avenir et de solidarité.

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

Forum de Synthèse

Comment concilier les équilibres social, économique et territorial avec le développement harmonieux de Provence-Alpes-Côte d’Azur d’ici à 2030 ? C’est la question à laquelle le SRADDT s’efforce de répondre. Avec le projet de Charte d’Aménagement, la Région ouvre les voies d’un avenir possible à l’horizon 2030 et vous propose ses orientations stratégiques. Vous aussi, partagez avec la Région votre vision du territoire à l’horizon 2030 et donnez votre avis sur les orientations stratégiques du SRADDT :

 
Soyez le premier à intervenir en remplissant le formulaire ci-dessous !

Réagissez en remplissant le formulaire ci-dessous...

 
Les rendez-vous